Navigations Août 2009

Publié le par Cédric

Comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Je joins à cet article quelques photos du petit périple de cet été.
Ces photos sont visibles dans l'album été 2009
J'ai oublié de récupérer le livre de bord pour vous conter ces quelques semaines en mer. Alors pour résumer en quelques lignes:
- Départ de Martigues Fin Juillet par vent de NO, force 4 à 5, en direction des calanques de Marseille. 5 heures de navigation au portant. Parfait pour un échauffement. Mais premières déceptions: le pilote automatique est HS, et Oscar digère mal son repas de midi (et une pizza, une!). Arrivée dans la calanque de Sormiou en milieu d'après midi, temps superbe, mais de bonnes rafales m'obligent à vérifier et allonger le mouillage. Je plonge donc pour aider à faire crocher l'ancre à la main par 10 m de fond. Une de mes palmes me quitte à la remontée. 
- Le lendemain matin en route pour Sanary, pose familiale de 3 jours. Aux abords de La Ciotat, un brouillard à couper au couteau nous saisis. La corne de brune est sortie, le radar allumé, mais le brouillard est très vite dépassé.
- En route pour Porquerolles, 5 heures de nav, beau temps, le moteur tourne bien. 3 nuits au mouillage de la baie d'Allicastre. Beaucoup de monde, ça bouge malgré le temps calme, mais c'est toujours un endroit fantastique: eau turquoise et chaude comme dans les îles paradisiaques. Un soir un baracouda nous salue en faisant quelques allers/retours sous la coque. Je plonge avec mon fusil mais ils s'éloigne. On décide de se rendre au port car cela nous semble beaucoup plus pratique de gérer Oscar et son envie de marcher...
- 10 jours plus tard on quitte porquerolles pour se rendre sur Sanary, et laisser passer un soit disant coup de vent. Le vent d'Est se lève en route. Je décide de continuer, de profiter de se vent portant pour gagner quelques miles avant de se rendre au Frioul. Nous arrivons donc sur La Ciotat, un petit tour du côté de l'ïle Verte, mais pas de place dispo en mouillage (vraiment beaucoup de monde et des profondeurs de plus de 15 mètres que je n'aime guère pour mouiller). Donc la nuit se passera au port, ce qui nous permet de déguster un moule-frittes dans un des restos du port.
- Le lendemain le NO s'est levé, pas très fort. L'objectif est d'atteindre le Frioul. Mais tirer des bords dans une mer un peu hachée, un vent de force 4 à 5, un bébé à bord, et ce pendant une journée, n'est pas très plaisant. Je me déroute donc sur la calanque de Port Miou. L'idée se révèlera excellente car l'endroit est vraiment magique. On a l'impression d'etre dans une rivière, Tout est calme et reposant. On y restera une semaine.
- Le Frioul est finalement atteint en passant entre l'ile Maire et la baie des singes. Un moment magique, un brin stressant car le passage est étroit et ne permet aucune erreur. 
- Dix jours au frioul. Peche, Baignades, accueil des enfants, des familles, des amis...
- Retour sur Martigues par un début de vent d'Est, 4 à 5 beauforts.

Le prochain article relatera l'expérience d'un tout petit à bord.

 

Publié dans Navigations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article